Réaction au Luxembourg aux événements en Ukraine

ca565780dd83d48d292141fd5dd77640

A part des articles éditoriaux et ceux-ci d’auteur il y a en beaucoup d’autres dans la presse luxembourgeoise.Ainsi, «le Quotidien» a écrit que partout, des Etats-Unis à la Russie, les chefs de la diplomatie ont constaté la hausse de la violence à Kiev.Certains ont évoqué même un pays au bord de la «guerre civile».

Selon le chef de la Commission des Affaires étrangères de la Douma Russe (chambre basse du Parlement de la Fédération de Russie), Alexeï Pouchkov, l’Ukraine se trouve au bord de la «guerre civile».Il a accusé les Occidentaux d’en être responsables. «J’estime qu’en Ukraine se déroule un scénario «orange» de prise du pouvoir via le chaos et l’arbitraire», a-t-il déclaré, à l’illusion à la Révolution orange de 2004, ayant mené au pouvoir les pro-occidentaux. «Je pense que c’est l’Occident et les hommes politiques occidentaux qui en sont en grande partie responsables, en faisant la pression en permanence sur les autorités ukrainiennes pour qu’elles ne rétablissent pas l’ordre dans leur pays et laissent agir les organisations ultra-radicales qui tirent maintenant sur la police et mènent la situations à la guerre civile», a-t-i1 ajouté, cité par l’agence Interfax.

Berlin, de son côté, menaçait à l’Ukraine d’éventuelles sanctions de l’Union européenne. «Celui qui est responsable de décisions qui conduisent à des effusions de sang (…) doit s’attendre à ce que 1′Europe reconsidère sa retenue en matière de sanctions personnelles» contre des dirigeants ukrainiens, a déclaré le chef de la diplomatie Frank-Walter Steinmeier dans un communiqué.

Son homologue français Laurent Fabius a dénoncé «un usage indiscriminé de la force à Kiev», appelant l’ensemble des parties «à (…) reprendre immédiatement le chemin du dialogue».

A New York, le secrétaire général des Nations unies, Ban Ki-moon, a appelé le gouvernement et les opposants à faire preuve de retenue à Kiev et «à reprendre un dialogue véritable» afin d’éviter «de nouvelles violences».