Le Parti réformiste a enfin présenté son programme

Côté finances publiques, le président de l’ADR assure qu’«il faut d’abord épargner». Hors de question pour l’ADR d’envisager par exemple une hausse de la TVA qui non seulement serait une mesure socialement injuste, mais en outre quasiment inefficace, voir contre-productive. L’ADR s’engage également pour le maintien intégral du système d’indexation des salaires et des retraites.

«Il faut en finir avec les expériences menées à l’école», poursuit Jean Schoos. Le Parti réformiste plaide également pour la gratuité dans les transports publics.

«Nous avons besoin d’une nouvelle compréhension démocratique au Luxembourg», poursuit sans transition le président de l’ADR. Généralisation des référendums en cas de révision de la Constitution ou de ratification de traité européen, interdiction du cumul des mandats, réforme du Conseil d’État ou bien accès pour les personnes privées à la Cour constitutionnelle sont quelques-unes des mesures que proposent les réformistes. Le Parti réformiste s’engage pour une intégration passant par la langue luxembourgeoise et s’oppose vigoureusement à l’ouverture du droit de vote pour les étrangers.