Le Luxembourg a prévenue qu’il abandonnerait son secret bancaire, à condition d’avoir pu négocier, avec la Suisse notamment

Le Premier ministre Jean-Claude Juncker a participé à la réunion du Conseil européen des chefs d’Etat et de gouvernement qui a eu lieu le 22 mai 2013 à Bruxelles. La lutte contre l’évasion fiscale était l’un des point clés de l’ordre du jour de ce sommet.

Son enjeu était que l’Autriche et le Luxembourg acceptent de se convertir à l’échange automatique d’informations bancaires, de façon à ce qu’il n’y ait pas de distorsion au sein de l’UE et que l’Europe présente un front uni au niveau international lors des sommets du G8 et G20.

Cependant le Premier ministre luxembourgeois, Jean-Claude Juncker a stipulé l’alignement de son pays sur les règles visant à la lutte contre l’évasion fiscale par la nécessité des négociations de l’UE avec les paradis fiscaux qui existent en Europe.

Il a dit notamment — «Nous allons abandonner le secret bancaire et nous diriger vers l’échange automatique d’informations, que nous voulons introduire le 1er janvier 2015». Mais cela se fera «à condition toutefois qu’auparavant, nous ayons eu des négociations avec les pays tiers, dont notamment la Suisse».