ArcelorMittal a rapatrié ses fonds au Luxembourg

Alors que le gouvernement belge entend faire payer les entreprises qui abuseraient des déductions fiscales, le leader mondial de l’acier fait quitter ses capitaux du pays, selon «Le Soir».

Face à la crise qui frappe le secteur de la sidérurgie, ArcelorMittal entend faire jouer tous les dispositifs mis à sa disposition. Après avoir été dans le rouge en 2012, le numéro un mondial de l’acier veut limiter la casse et a donc mis en œuvre une stratégie pour tenter de renflouer les caisses. Une stratégie dans laquelle payer de nouveaux impôts n’a pas de place.

Selon Le Soir, le groupe a transféré, en octobre dernier, quelque 38 milliards d’euros de sa filiale ArcelorMittal Finance (AM Finance), basée à Bruxelles, à ArcelorMittal Global Holding, basée au Grand-Duché. Une opération financière qui intervient «alors que le gouvernement s’apprête à faire payer des impôts aux grandes entreprises qui abusent des déductions fiscales», selon le quotidien belge.

 La Commission de surveillance du secteur financier (CSSF) a publié hier ses statistiques concernant les organismes de placement collectif et les fonds d’investissement spécialisés au 31 mai 2013. Leur patrimoine global net s’élevait alors a 2584 milliards contre 2565 milliards un mois avant, soit une augmentation de 0,73 % sur mois et de 16,82 % sur an.